VMware EMPOWER Lisbonne 2019

Publié le 5 juillet 2019
Ludovis REIS
Consultant VMware, Metanext
scroll
thumbnail_3
N’oubliez pas
de partager
cet article

Presque le VMworld !

Nous voici au VMware EMPOWER au palais des congrès de Lisbonne à quelques pas du célèbre pont du 25 avril.

Dans le principe, c’est un « petit » VMworld dédié aux partenaires VMware, il y a donc moins de participants, mais toujours un panache de sessions techniques et commerciales ainsi qu’une fête grandiose pour se détendre !

Demandez le programme de l’EMPOWER 2019 !

Le lundi fut plutôt léger en termes de conférences afin que certains participants puissent passer leurs certifications sereinement pendant que les autres découvraient Lisbonne sous le soleil évidemment. Cependant, malgré le peu de sessions disponibles, le choix fut difficile.

Pour les jours suivants il a fallu faire les mêmes choix cornéliens que lors d’un VMworld, beaucoup de sessions intéressantes disponibles et malheureusement toujours pas le don d’ubiquité.

Comme beaucoup de participants, j’ai mis l’accent sur NSX-T. Avec une fin de support NSX-V prévue pour 2021, les migrations vont aller bon train sur les deux prochaines années.

En attendant, je vous ai concocté une série d’articles dédiés à NSX-T.

NSX-T mis à part, voyons ce qu’il y a de nouveau du côté de vROPs et Cloud Health…

Qui c’est ?

vROPs !

Qui nous permet d’avoir une vision claire de l’état de santé de notre infrastructure et la version 8 promet un élargissement du périmètre fonctionnel avec l’arrivée d’une partie « Business » pour corréler des coûts avec les métriques d’inventaire.

Cette évolution provient de la fusion avec vRealize Business for Cloud.

En attendant, la version 7.5 nous propose déjà quelques nouveautés.

Côté optimisation, un menu dédié fait son apparition et permet l’optimisation automatique des VM par un dimensionnement approprié.

Enrichissement des scénarios « what if » avec la possibilité de coupler un ajout de VM avec un ajout d’ESX. On pourra également faire des scénarios comparatifs d’hébergement de machine en local versus Cloud public.

Arrivée d’un agent Telegraf pour la supervision des applications dans la VM.

Hyperic is back ?

J’ai rien dit…

Comment va votre nuage ? Demandez à Cloud Health !

Cloud Health se propose de faire une analyse financière complète de votre ou vos infrastructures puisque le but affiché est de pouvoir placer ses VM là où c’est le moins cher, mais pas que…

Niveau filtrage, les infrastructures peuvent être appréhendées sous plusieurs angles : coûts, utilisateurs ou types de ressources. Ceci permet de répondre facilement à une question du type « qui utilise quoi et combien ça coûte ? ».

Dans le calcul des coûts, il est possible d’intégrer des coûts de prestation d’intégration de systèmes ou de migration mais aussi de maintenance afin de fournir des rapports complets aux utilisateurs finaux dans le cadre d’un fournisseur de services.

Cloud Health est prévu pour s’interfacer avec les référentiels de coûts d’Azure, AWS et Google.

Il est également possible de paramétrer des rapports personnalisés diffusés par courriel à intervalles réguliers.

Avec Cloud Health, il n’y a pas que l’argent qui compte !

Au-delà de l’aspect financier, il existe également un volet optimisation qui concerne aussi bien la pertinence de l’existence de certaines VM que de leur dimensionnement mais également la partie sécurité avec des alertes concernant des mots de passe âgés ou des services exposés sur internet sans chiffrement.

Ces fonctionnalités d’optimisation sont principalement disponibles pour les machines AWS.

Cloud Health expose également une API afin de permettre aux clients de récupérer des rapports et aux administrateurs de générer des configurations de rapport standards.

En bref

Quelques mots sur diverses sessions auxquelles j’ai pu assister.

Automatisation de NSX-T pour PKS.

Session passionnante où l’on combine Concourse et Ansible pour déployer automatiquement des instances NSX-T avec la possibilité de personnaliser certains paramètres via « Concourse pipeline configurator ».

DevOps, comment améliorer les échanges avec les DEVs ?

Intéressant pour ceux qui découvrent la culture DEVOPS avec des références au projet phoenix et une brève présentation de la suite vRealize automation 8x.

On retiendra la nécessité d’adapter son discours en fonction de son interlocuteur. Bref, rien de nouveau pour les initiés.

Astuces pour passer sa VCAP-CMA.

Voilà une session pleine d’attentes, mais finalement pas grand-chose à en tirer si ce n’est des astuces applicables à tous types d’examens. Allez, je vous en donne quelques-unes.

  • Les interfaces sont les mêmes que celles des Hands on Lab, il faut donc être vigilant sur la latence réseau de votre centre d’examen et préférer ceux des métropoles.
  • Lorsque l’énoncé de la question est très long, passer directement à la liste des tâches à réaliser.
  • Garder un œil sur le temps restant et passer à une autre question en cas de blocage.
  • Compter 3 semaines de préparation et un maximum de 6 semaines pour obtenir les résultats.

Projet Dimension.

En résumé, l’idée est de proposer les mêmes fonctionnalités Cloud VMware sur des sites ROBO via le déploiement d’infrastructures de type Cloud Foundation, afin d’avoir un Cloud hybride entre votre datacenter principal et vos sites distants.

La formule serait disponible sur abonnement avec maintenance logicielle prise en charge par VMware et maintenance matérielle prise en charge par DellEMC.

Arrivée prévue en 2020 pour l’Europe.

Retours terrain sur PKS.

Sujet intéressant s’il en est, mais malheureusement notre présentateur a passé la session à nous assommer d’évidences sur la gestion de projet.

Pourquoi j’en parle ?

Parce qu’il a fait l’unanimité parmi les consultants Metanext sur comment mal animer une session.

On saluera cependant la performance respiratoire : il a parlé du début à la fin de la session avec juste une légère pause pour prendre quelques gorgées d’eau !

Bravo l’artiste !

Goodies

Qui dit événement IT, dit goodies !

On ne va se mentir, étant donné qu’il n’y avait pas de partenaires présents, les goodies se sont réduits à de beaux T-shirts à l’effigie de l’événement et quelques autocollants.

We got the power !

On quitte cet événement avec nostalgie, beaucoup de sessions intéressantes, d’autres moins, une organisation impeccable, le tout dans une ville magnifique.

Encore une belle réussite pour VMware en attendant le prochain VMworld !